patelin


patelin

1. patelin, ine [ patlɛ̃, in ] n. m. et adj.
• 1538; de Pathelin, personnage d'une farce célèbre du XVe
1Vx Homme qui s'efforce de dissimuler ses intentions pour duper les gens.
2 Adj. Littér. doucereux, 1. faux, flatteur. « elle était pateline et non pas affectueuse; elle me paraissait jouer un rôle en actrice consommée » (Balzac). Mod. Ton patelin. hypocrite, mielleux.
patelin 2. patelin [ patlɛ̃ ] n. m.
• 1847; pacquelin 1628; de l'a. fr. pastiz « pacage »; du p. p. de pascere
Fam. Village, localité, pays. Un beau petit patelin. Un patelin perdu. bled, trou. Absolt, péj. Où est-ce, ton patelin ?

patelin nom masculin (diminutif dialectal de pâtis) Familier. Village, localité. ● patelin (homonymes) nom masculin (diminutif dialectal de pâtis) patelin adjectifpatelin, pateline adjectif (de pateliner) Littéraire. Qui est d'une douceur insinuante et hypocrite : Un air patelin.patelin, pateline (homonymes) adjectif (de pateliner) patelin nom masculinpatelin, pateline (synonymes) adjectif (de pateliner) Littéraire. Qui est d'une douceur insinuante et hypocrite
Synonymes :

Patelin ou Pathelin
(la Farce de Maître) comédie de moeurs du XVe s. due à un Français anonyme.

I.
⇒PATELIN1, -INE, subst. masc. et adj.
I.Subst. masc., vx. [Parfois avec une majuscule, p.allus. à La Farce de Maître Patelin] Personne qui affecte une douceur et une amabilité trompeuses destinées à duper son entourage et à dissimuler ses véritables intentions. Ce sont, sous le menu vair et l'hermine ou en cotte de drap, des Patelins et des Archipatelins (A. FRANCE, Génie lat., 1909, p.9).
II.Adjectif
A. —[En parlant d'une pers.] Qui cherche à séduire, à s'attirer la bienveillance ou la confiance d'autrui par un comportement doucereux, une amabilité insinuante et feinte. Synon. onctueux, papelard, patelineur (dér. s.v. pateliner). Je la regardais avec douleur. N'éprouvant rien près de moi, elle était pateline et non pas affectueuse; elle me paraissait jouer un rôle en actrice consommée (BALZAC, Peau chagr., 1831, p.144). Hume était un gros homme, patelin, flegmatique, poli, sceptique, qui se savait gré de voir toujours plutôt le côté favorable que le côté défavorable des choses (GUÉHENNO, Jean-Jacques, 1952, p.187).
Empl. subst. Elle était tout-à-fait jésuitique (...) c'était une pateline dont l'aspect édifiant aurait suffi pour faire sortir un saint du purgatoire ([L'HÉRITIER], Suppl. Mém. Vidocq, t.1, 1831, p.9).
B. —[En parlant des attitudes, des expressions, des manières de qqn] Doucereux, flatteur, insinuant. Bienveillance, obséquiosité pateline; ton, sourire patelin; caresse, manière pateline. Cette espèce d'hypocrisie pateline, par laquelle l'homme qui pouvait tout essayait de se faire passer pour opprimé, souleva dans le coeur de Grégoire un mépris qu'il eut peine à contenir (THIERRY, Récits mérov., t.2, 1840, p.150). Un après-midi, comme ils retournaient des silex au milieu de la grande route, M. le curé passa, et, les abordant d'une voix pateline... (FLAUB., Bouvard, t.1, 1880, p.83):
♦ ... mais plus encore que ses rogues manières, on redoutait la bonhomie pateline et froide dont il s'accoutrait quelquefois: si malin que fût le grand Volat, on reniflait à son entour le relent de traîtrise qui invitait à la prudence; un putois a beau être fin, il n'est pas libre de ne pas puer.
GENEVOIX, Raboliot, 1925, p.24.
C. —[En parlant d'une oeuvre littér., d'une expr. verbale ou écrite] Empreint de bonhomie feinte, de fausse bienveillance, de flatterie. Il fallait opter: ou la tragédie pateline, sournoise, fausse, et jouée, ou le drame insolemment vrai, et banni (HUGO, Cromwell, 1827, p.41). Et Zola de plaider les circonstances atténuantes de la corruption avec un tas de circonlocutions et avec des phrases patelines (GONCOURT, Journal, 1893, p.362). V. parthique rem. s.v. parthe ex. de Bremond.
REM. Patelinement, adv. D'une manière pateline. [Le second candidat] grassouillet et blond, l'air demi-libertin, demi-benêt, dit à voix basse et patelinement: —Sire, vous ferez construire une salle [de théâtre], vous payerez les costumes (BALZAC, OEuvres div., t.2, 1833, p.592).
Prononc. et Orth.:[], fém. [-in]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.A. Subst. 1. 1460 «langage» (GUILLAUME ALEXIS, Les Faintes du monde, 860 ds OEuvres poétiques, éd. A. Piaget et E. Picot, t.I, 118); en partic. ca 1477 pathelin «propos sournois, artificieux» (Messieurs de Mallepaye et de Baillevent ds Théâtre fr. avant la Renaissance, éd. E. Fournier, p.118); encore mentionné ds LITTRÉ; 2. ca 1464 nom propre «nom d'un avocat retors» (La Farce de Maistre Pathelin); 1538 «homme souple et artificieux» (EST.). B. Adj. 1. 1571 «qui tâche, par des flatteries ou de belles paroles, à tromper ou simplement à arriver à ses fins» (LA PORTE, Epith.); 2. 1735 «(d'une attitude) empreint d'une douceur hypocrite» [regarder qqn d'] un air patelin (MOUHY, Paysanne parvenue, p.4). Dér., à l'aide du suff. -in —prob. sur le modèle de gobelin —du rad. onomat. patt-, v. aussi patois; la nuance «rusé, artificieux» qui caractérise très tôt «langage» vient sans doute du personnage de Maistre Pathelin qui dupe les gens par de belles paroles, d'où le sens du subst. «homme souple et artificieux», et par la suite celui de l'adj. Il est probable que le sens premier de patelin «langage» est à l'orig. du nom de Maistre Pathelin dont il est dit que «Tant de langaiges il fatroulle» (Maistre Pathelin, éd. J. Cl. Aubailly, 776) et qu'«Il ne cessera Huy de parler divers langaiges» (ibid., 854-55), cf. G. FRANK ds Mod. Lang. Notes, t.56, 1941, pp.42-47; l'hyp. de SAIN. Lang. Rab. t.2, p.378, qui fait de patelin un dér. de patiler, pateler (FEW t.21, p.220b) à laquelle semble se rallier SPITZER ds G. FRANK, loc. cit., p.47, note 12, est peu probable.
II.
⇒PATELIN2, subst. masc.
Familier
A. —Village, pays natal, région où l'on vit. Maître, dit l'officier, je suis du patelin, j'en connais les naturels et je sais qu'ils peuvent passer de la passivité à la violence avec une rapidité déconcertante (L. DAUDET, Bacchantes, 1931, p.211). Moi, je suis de Bar-le-Duc; mes vieux y habitent... J'ai pas du tout envie que mon patelin devienne un territoire allemand! (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p.606):
♦ Quant aux pierrots, aux pauvres bleus fraîchement débarqués du patelin natal, qu'ils se faisait un plaisir d'ahurir sous une grêle ininterrompue de corvées et de punitions, ils en venaient à s'entre-regarder, tout pâles, les dents serrées, sans une parole.
COURTELINE, Train 8 h 47, 1888, 1re part., 2, p.21.
B. —Souvent péj. Village, petite localité, de peu d'importance. Synon. bled. Je suis revenu au 144e à Bordeaux. Je suis content. Par malheur, on m'envoie pour un mois (ou plus?) à Saint-Médard, petit patelin militaire des environs (RIVIÈRE, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1906, p.157). Villamartin est un patelin quelconque dont les rues blanches se coupent à angle droit sur une pente ardue: tout en haut l'église porte un bonnet d'azulejos (T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1933, p.139). C'était un tout petit patelin, mais un important noeud ferroviaire (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p.210).
REM. Patelin, -ine, subst. arg., vieilli. Compatriote, pays(e). En qualité de patelins (...) nous avions été assez bien accueillis (A. HUMBERT, Mon bagne, 1880, p.26).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist.1. 1628 posguellin [sic] «pays» (O. CHÉREAU, Le Jargon de l'argot réformé ds SAIN. Sources arg. t.1, p.198; pasguelin, éd. de 1634; pasquelin, éd. de 1660); 1847 patelin (Argot des forçats de Brest ds ESN. 1966); 2. 1800 paquelin «village, petite localité perdue ou de peu d'importance» (Les Brigands chauffeurs ds SAIN. op. cit., t.2, p.94); 1888 patelin (COURTELINE, op.cit. p.122: un être [...] capable de les orienter à travers ce patelin de malheur). Dér. de l'a. fr. pastis, v. pâtis; encore empl. dans les parlers haut-manceaux au sens de «petit pâturage; foyer domestique» (FEW t.7, p.699a) et saint. au sens de «lieu où l'on vit et que l'on affectionne particulièrement», «petit pays, petit village, contrée, nation» (MUSSET, Gloss. des patois de l'Aunis et de la Saintonge, IV, 107).
STAT.Patelin1 et 2. Fréq. abs. littér.:143.

1. patelin, ine [patlɛ̃, in] n. m. et adj.
ÉTYM. 1538; de Pathelin, personnage d'une farce célèbre du XVe s.; de pateliner.
1 N. m. Vx. Homme artificieux et cajoleur qui, par des flatteries, une douceur affectée, s'efforce de dissimuler ses intentions pour duper les gens et parvenir à ses fins. Bonhomme (faire le bonhomme; un faux bonhomme), trompeur. || Quel maître patelin ! Archipatelin (vx).
2 Adj. (Fin XVIe). Mod., littér. Qui, avec des manières douces et affables, cherche à tromper. Doucereux, faux, flatteur, peloteur (fam.).
1 (…) la vieille (…) devenait de jour en jour plus flagorneuse et plus pateline avec moi : ce qui ne l'empêchait pas de reprocher sans cesse en secret à sa fille qu'elle m'aimait trop, qu'elle me disait tout, qu'elle n'était qu'une bête, et qu'elle en serait la dupe.
Rousseau, les Confessions, IX.
2 (…) elle était pateline et non pas affectueuse; elle me paraissait jouer un rôle en actrice consommée (…)
Balzac, la Peau de chagrin, Pl., t. IX, p. 124.
3 Les usuriers ne se fient à personne, ils veulent des garanties; auprès d'eux, l'occasion est tout : de glace quand ils n'ont pas besoin d'un homme, ils sont patelins et disposés à la bienfaisance quand leur utilité s'y trouve.
Balzac, César Birotteau, Pl., t. V, p. 374.
4 (…) un vieil homme en veste blanche parut. Gras, pompeux, patelin, il avait les manières moelleuses et débonnaires d'un chanoine de comédie.
A. Maurois, les Roses de septembre, I, I.
(Av. 1772). Par ext. || Manières patelines. || Un ton patelin. Hypocrite, insinuant, melliflue (vx), mielleux, onctueux.
5 Cette femme était cependant une de ces intrigantes secrètes qui jouent la dévotion, qui s'insinuent dans les meilleures maisons, qui ont le ton doux, affectueux, patelin, et qui surprennent la confiance des mères et des filles, pour les amener au désordre.
Diderot, Jacques le fataliste, Pl., p. 658.
CONTR. Bourru, cassant, hautain, sec.
COMP. Archipatelin.
————————
2. patelin [patlɛ̃] n. m.
ÉTYM. 1847; pacquelin, 1628; de l'anc. franç. pastiz « pacage ». → Pâtis.
Fam. Village, pays natal. || Retourner dans son patelin (→ Bourrer, cit. 2).Par ext. Village, localité, pays. Pays, village. || Les gars (cit. 5) du patelin. || Il est allé passer ses vacances dans un patelin perdu. Bled, trou.
0 Moi, je suis de Bar-le-Duc; mes vieux y habitent (…) J'ai pas du tout envie que mon patelin devienne un territoire allemand !
Martin du Gard, les Thibault, t. VII, p. 280.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • patelin — 1. (pa te lin) s. m. 1°   Nom d un personnage d une vieille comédie de la fin du XIVe siècle ou du commencement du XVe, qui, par ses flatteries, se fait vendre à crédit du drap, et, par de vaines paroles et des contes en l air, échappe au… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • patelin — PATELIN. s. m. Homme adroit & artificieux, qui par des manieres flateuses & insinuantes fait venir les autres à ses fins. Ce terme est pris d une vieille comedie, dans laquelle on introduit un homme de ce caractere sous le nom de Patelin. C est… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Patelin — (fr., spr. Patläng), schlauer Schmeichler; daher Pateliniren, durch Schmeicheln betrügen; Patelinage (Pallinasch ), listiges Benehmen …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Patelin — (Pathelin, spr. patläng), Name einer nach der Hauptperson benannten franz. Posse eines unbekannten Verfassers (vor 1470). Der Name P. (für einen sich harmlos stellenden Bösewicht) scheint älter als das Stück, für dessen Beliebtheit noch jetzt… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Patelin — (spr. pat läng), Hauptperson in einer berühmten franz. Farce aus dem 15. Jahrh., s.v.w. Schleicher …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Patelin — (. –läng), frz., Schleicher, Fuchsschwänzer …   Herders Conversations-Lexikon

  • PATELIN — s. m. Nom d un personnage d une vieille comédie, qui est devenu nom commun pour désigner Un homme souple et artificieux, qui, par des manières flatteuses et insinuantes, tâche de faire venir les autres à ses fins. C est un patelin, un vrai… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PATELIN — n. m. Il se dit, par allusion au principal personnage d’une vieille comédie, d’un Homme souple et artificieux qui, par des manières flatteuses et insinuantes, tâche de faire venir les autres à ses fins. C’est un maître patelin. Il s’emploie… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • patelin — m Endroit quelconque, ville ou village. • Qu’est ce que c’est que ce putain de patelin? Je le trouve pas sur la carte… • Ils habitent dans un joli petit patelin tout rose… • – Victoire! Mon Dieu, enfin! D’où m’appelles tu? – D’un tout petit… …   Le petit dico du grand français familier

  • patelin — n.m. Village, localité : C est loin, ce patelin ? …   Dictionnaire du Français argotique et populaire